La vénusté de Lili Catharsis Photo ©Cathy Peylan-Chris Bregeon

LA VÉNUSTÉ

"Ce solo, lié peut-être à l'histoire personnelle du chorégraphe et à une enfance singulière sous les tropiques, trouve sa source dans le roman de Michel Tournier Vendredi ou les limbes du Pacifique. Mais Pierre-Charles Durouchoux se sert de ce support seulement comme le révélateur de son travail très abstrait. Un travail remarquable de précision, de silence et de douceur qui nous transporte dans une autre dimension où l'horizontalité devient verticalité. Un pur moment de rêverie."

Christian Vernadal, programmateur danse de la Scène Nationale de Niort


Présentation

"Je le regarde s'arracher en riant à l'écume des vaques qui le baignent, et un mot me vient à l’esprit : la Venusté. La Vénusté de Vendredi."

Michel Tournier Vendredi ou les limbes du Pacifique

"Rivé au sol, happé par la terre, il déroule une infernale et incessante spirale un lent et long mouvement reptilien. Le sol comme un aimant, en solo comme un amant, il émerge du dépouillement et du silence, pour dévoiler une indicible grâce, sa vénusté..."

Philo Fournier

(+)


Présentation

"Je le regarde s'arracher en riant à l'écume des vaques qui le baignent, et un mot me vient à l’esprit : la Venusté. La Vénusté de Vendredi."

Michel Tournier Vendredi ou les limbes du Pacifique

"Rivé au sol, happé par la terre, il déroule une infernale et incessante spirale un lent et long mouvement reptilien. Le sol comme un aimant, en solo comme un amant, il émerge du dépouillement et du silence, pour dévoiler une indicible grâce, sa vénusté..."

Philo Fournier

Partir d’un corps d’aujourd’hui, en costume, assis sur une chaise L’homme fait tomber la chaise, se déshabille, se trouve au sol, comme un serpent. Premier solo de Pierre Charles à la recherche de son corps naturel, organique. La chaise est une tanière à laquelle il revient, comme un animal. A la fin il se verticalise et repart avec un corps libéré dans sa verticalité par son expérience horizontale.

Travail très personnel lié au travail au sol que Pierre Charles développe.

« Grâce » au sol, quelque chose tellement libre dans le corps, tellement souple, tellement fluide au sol, évidence de partir de là dans les solos de Pierre Charles

Espace : bande horizontale au fond de la scène > découpe horizontale très proche du sol. Quand il se met debout : la même chose verticale. La croix (la chaise) / L’homme-La Femme / Yin Yang / énergie active – énergie passive. Très plastique. Forme de spirale.


Distribution-Production
Création 2002

Chorégraphie et interprétation :
Pierre Charles Durouchoux
Conception : Catherine Vergnes
Musique : Philo Fournier
Lumière : Rémi Duvauchelle


                                                  (+)

Distribution-Production
Création 2002

Chorégraphie et interprétation : Pierre Charles Durouchoux
Conception : Catherine Vergnes
Musique : Philo Fournier
Lumière : Rémi Duvauchelle

Production

Cie lili catharsis avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication, de la Ville de Toulouse, du Conseil Général de la Haute-Garonne, du Conseil Régional Midi-Pyrénées, du Théâtre de Saragosse, à Pau et du festival Le Printemps de la Danse à Villebois Lavallette.

Représentations

Juin 2005 : Saint Laurent de Neste
Février 2004 : Scène Nationale de Niort
Juin 2003 : Festival de la nouvelle danse d'Uzès
Mars 2003: La Chélidoine Ussel en Corrèze
Janvier 2003 : Itinéraire chorégraphique Limoges
Janvier 2003 : Espace Bonnefoy Toulouse

(+)

Représentations

Juin 2005 : Saint Laurent de Neste
Février 2004 : Scène Nationale de Niort
Juin 2003 : Festival de la nouvelle danse d'Uzès
Mars 2003: La Chélidoine Ussel en Corrèze
Janvier 2003 : Espace Bonnefoy Toulouse
Janvier 2003 : Itinéraire chorégraphique Limoges
Novembre 2002 : CDC Toulouse
Septembre 2002 : Carré Amelot La Rochelle
Juin 2002 : Festival le Printemps de la Danse Villebois Lavalette



Accueil Pièces courtes